Nouvelle inauguration de plaque LabelFrancEducation : dévoilement au lycée Fazekas de Debrecen

En ce début d’année 2016 une troisième plaque LabelFrancEducation a été dévoilée, celle du lycée Fazekas de Debrecen. L’inauguration a eu lieu le 18 février en présence de l’Ambassadeur de France, M. Eric Fournier. M. l’Ambassadeur a été accueilli chaleureusement par le proviseur, M. Imre Aranyi, la responsable de la section, Mme Erszébet Kocscis ainsi que par l’équipe éducative et des élèves. Après avoir dévoilé la plaque, M. l’Ambassadeur s’est entretenu avec quelques élèves de la section bilingue.

7 lycées bilingues francophones ont été labellisés en 2014 et 2015. Cette labellisation est le fruit d’un long travail de l’équipe pédagogique de chaque établissement, gage d’excellence.

Dévoilement

Dévoilement de la plaque LabelFrancEducation

 

 

Destination Francophonie en Hongrie !

Destination Francophonie Hongrie

Destination Francophonie Hongrie

La vidéo de Destination Francophonie en Hongrie est enfin disponible en ligne sur le site de TV5 Monde. Pour regarder la vidéo, cliquez ici !

Bon visionnage !

Récit de Sára Antal, réprésentante hongroise du Jury des jeunes européens du FIPA 2016

Fin 2015, l’Institut français de Budapest a été contacté par le FIPA (Festival International des Programmes Audiovisuels). Fondé en 1987, le Festival International de Programmes Audiovisuels est le seul qui défende tous les genres de la création audiovisuelle : fiction, série, documentaire de création, reportage, musique et spectacle et transmédia. Ce festival a lieu chaque année à Biarritz pendant 6 jours. A cette occasion, réalisateurs, professionnels, public et étudiants se rencontrent pour découvrir les meilleurs programmes de l’année.

Le FIPA a sollicité l’Institut français de Budapest afin de promouvoir le Jury des jeunes européens auprès des lycéens hongrois. Ce jury regroupe 13 lycéens de l’Union européenne. Pour l’édition 2016, L’Institut s’est chargé de diffuser l’information et de sélectionner le représentant hongrois du jury. Après avoir rédigé une critique et passé un entretien téléphonique, c’est Sára Antal, élève en section bilingue francophone au lycée Mikszáth Kálmán de Pásztó qui a été retenue pour participer au FIPA 2016.

Voici un article écrit par ses soins et racontant son expérience au FIPA 2016.

Je m’appelle Sára Antal, j’ai 17 ans et je suis étudiante dans un lycée bilingue franco-hongrois à Pásztó, en Hongrie.

Communiquer avec des images, avoir un effet avec une réalisaion visuelle, c’est vraiment un domaine qui me passionne. Mon amour pour les films date de l’âge de l’adolescence. Je suis fascinée par les films de qualité où l’interprétation du contenu demande de l’intelligence et des connaissances culturelles.
C’est pourquoi j’ai décidé de participer au concours FIPA 2016 ( Festival International de Programmes Audiovisuels) et j’ai déposé ma candidature.

Enfin je pense que c’était l’une des meilleures décisions de ma vie car j’ai été sélectionnée pour représenter mon pays en tant que membre de Jury des jeunes européens au FIPA cette année qui était un grand plaisir pour moi. Cela m’a donné l’occasion de développer mon esprit critique et aussi de connaître les différents points de vue de 12 autres jeunes de mon âge, tous venus de différents pays de l’Union Européenne.

Je suis partie à 7h30 du matin le 19 janvier et j’ai rencontré 3 autres jurés déjà Paris pour prendre la navette ensemble jusqu’à Orly où 3 autres jurés nous attendaient. A Biarritz nous avons été accueillis par les chauffeurs du FIPA qui nous ont accompagnés à l’hôtel. Au début j’ étais un peu étonnée par le haut niveau du français des autres, qui était vraiment incroyable mais on n’avait pas de problèmes avec la communication.
La ville avait une atmosphère espagnole, basque et française, c’était un mélange de cultures que je n’ai jamais vu avant et qui m’a saisie. De la salle de conférence à Bellevue ,où nous avions notre première réunion,on avait une vue sublime sur l’océan avec des vagues énormes.
Puis c’était la soirée d’ouverture à la Gare du midi. Les jurés de toutes les catégories ont été présentés et nous sommes montés sur scène.

Jury des jeunes européens du FIPA 2016

Jury des jeunes européens du FIPA 2016

Nous avons vu notre premier film aussi, le „Beatbox boom autour du monde”,un documentaire sur beatboxing que j’ai bien aimé, je trouve incroyable ce qu’ils peuvent faire en utilisant seulement leur bouche. En plus, comme surprise, Alem, le champion du monde était invité au FIPA et après le film il nous a fait un petit spectacle. On a eu même la possibilité de le féliciter pendant le dîner aux Halles de Biarritz. C’était une sorte de buffet avec plein de spécialités françaises et basques. Nous avons rencontré quelques réalisateurs qui produisaient des films sur l’art basque qui me semblaient très intéressants.

Le lendemain était notre premier jour plein de séances. On a vu quatre documentaires, mais avant, on avait eu une composition de photo à la plage avec une table pour imiter La Cène de Leonardo da Vinci, mais une version plus moderne, avec un Jésus femelle. On s’est très bien amusés.

La Cène du Jury des jeunes européens

La Cène du Jury des jeunes européens

Le premier film de la journée était „The Price of Peace”,un documentaire Nouvelle-Zélandais qui nous a montré le combat acharné d’un membre de la communauté Maori pour leurs droits.Je pense que c’était intéressant de voir l’injustice dans le monde dont on ne saurait rien si les réalisateurs courageux ne nous la montraient pas dans ces documentaires. Puis on a vu un film belge, „L’homme qui voulait briser le secret bancaire” , sur l’histoire de Rudolf Elmer , un lanceur d’alerte suisse pour dénoncer les pratiques du monde bancaire.
Après avoir vu plusieurs films on avait toujours des débats en petits groupes pour partager nos idées qui étaient souvent complètement différentes et c’est pour cela que la décision finale de vendredi était si difficile. Comme on a vu 11 films , je ne vais pas les présenter tous, je ne voudrais mentionner que les plus importants qui m’ont vraiment réveillé la curiosité.

Parmi eux le „Cargos:La face cachée du fret „que tout le monde a aimé et qui était notre premier film à retenir comme choix possible pour le prix. Il parlait de l’industrie du transport maritime. C’ était une surprise très positive car déjà en voyant le titre on s’attendait à quelque chose d’ennuyeux pourtant c’était l’un des films pendant lesquels même les plus fatigués parmi nous ne se sont pas endormis et ça, ça veut dire quelque chose…Le réalisateur a traité ce sujet sous un angle très nouveau, en transmettant les informations ( les chiffres et les quantités) très étonnantes à travers des images .C’était vraiment „la face cachée” qu’on a vue et qui nous a choqués. Il y avait aussi des scènes magnifiques de la mer infinie et des scènes touchants quand on voyait des ours polaires qui ont perdu leur milieu de vivre à cause de la pollution causée par le commerce maritime.

Ensuite, „Help us find Sunil Tripathi” l’histoire de la recherche d’un fils disparu qui rencontre la traque de terroristes à l’ère des réseaux sociaux.Les autres films qu’on a vus parlaient de l’injustice et de la corruption mais c’était quelque chose de différent parlant avant tout de la dépression et du pouvoir des médias sociaux, à travers la présentation d’une famille désespérée dont le fils s’est suicidé.
Notre deuxième choix après le film gagnant était le film „Pour le bien de l’entreprise: l’affaire Olympus” . Le scandale autour de la fraude du fabricant japonais d’appareils photo,dont on a entendu parler dans les nouvelles. Le film était puissant et pas à cause des détails qu’il montrait sur les affaires japonaises, mais grâce aux effets émotiennels, aux processus dramatiques déroulants dans la vie de l’homme d’affaires Michael Woodford quand il a découvert des incohérences dans les comptes de l’entreprise.

„Salafistes”sur les jihadistes aurait été notre dernier documentaire mais enfin il a été interdit aux moins de 18 ans, ainsi malheureusement nous ne pouvions pas le voir.Ce fait a lancé des débats sur plusieurs sites Internet après le festival. Ils nous ont dit que certaines scènes étaient trop choquantes et brutales: je ne sais pas si l’inderdiction était justifiée où pas, mais il est certain que je vais le regarder le plus tôt possible parce que ce film veut faire comprendre ce à quoi nous sommes confrontés et ce dont la connaissance me paraît très importante.

Le Jury des jeunes européens délibérant

Le Jury des jeunes européens délibérant

Après avoir vu tous les films dans notre catégorie Grand Reportage et Investigation,c’était le temps de la délibération sous le parrainage de Philippe Dessaint, journaliste de TV5monde qui nous a aidés dans la discussion mais sans faire partie et donner son opinion.
Je pense que c’était une très grande responsabilité pour nous et on a bien compris l’importance de notre choix pour les chaînes de télévision françaises.
Nous étions les représentants de la jeune génération et ce qui nous plaisait va probablement plaire à la jeunesse autour du monde.La discussion durait pendant des heures.Tout le monde avait quelque chose à ajouter et les arguments de tout le monde avaient le même poids. Enfin on a pris la décision en votant trois fois, mais en secret pour ne pas connaître le vote de nos amis. Je pense que nous avons bien choisi et que le „Burden of peace”, qui a a gagné, était le deuxième film préféré du jury professionnel aussi. Ils ont choisi comme film gagnant„La bataille de Florange” sur le combat des travailleurs d’Arcelor Mittal de Florange pour sauver leur usine.C’est marrant parce que c’était le seul film pour lequel personne n’a voté dans notre jury. C’était le plus long film, avec des éléments répétitifs et monotones,le moins apprécié par nous,et au moins la moitié des spectateurs se sont endormis. Même le réalisateur du film a été complètement étonné quand le jury lui a décerné le prix.

Récompense du film "Burden of peace"

Récompense du film « Burden of peace »

Donc c’est ce film-ci qui a reçu le prix du Jury des Jeunes Européens. Un film de deux réalisateurs qui ont suivi pendant 4 ans le procureur général de Guatemala, la première femme à occuper ce poste et la première à combattre contre l’impunité des violences et des crimes de plus en plus fréquents et brutaux dans son pays. Ce qu’on a vu m’a poussée à réfléchir.
On ne savait rien de Guatemala avant. Il y a trop de choses dont on sait rien, pourtant elles existent. Et ce sont des choses qui nous intéressent et contre lesquelles il faudrait lutter. J’ai compris à ce point-là pourquoi c’est important de regarder des documentaires et je pense que tout le monde devrait faire ça…

La cérémonie de clôture a eu lieu à la Gare du Midi et nous avons décerné notre prix.
Tous les réalisateurs de films décernés sont montés sur scène et il y avait des réalisateurs hongrois aussi à mon grand plaisir. On a vu notre dernier film, la première épisode d’une série islandaise „Trapped”.

La soirée au Casino Municipal était géniale mais triste aussi car c’était le dernier moment d’adieu. La danse et le champagne ne pouvaient pas nous faire oublier qu’on ne se reverra peut-être jamais plus. Nous sommes tous devenus de bons amis pendant cette semaine et tous les jeunes jurés me manquent atrocement. On est rentrés à l’hotel à 3h30 mais la première jurée devait partir à 4:00, donc on lui a dit au revoir avant d’aller dormir.Enfin, le lendemain matin, après avoir jeté un dernier coup d’oeil sur Biarritz ensoleillé de mon balcon, je suis parti à l’aéroport avec des larmes aux yeux. Peut-être tout le monde le dit après une semaine aussi intense, mais c’était vraiment l’une des meilleures choses que j’avais vécues dans ma vie et je sais que c’est pareil pour les autres aussi.
FIPA s’occupait très bien de nous pendant notre séjour et l’organisation de tous les programmes était impeccable. C’était pour moi une expérience magique, inoubliable, exceptionellement enrichissante et je suis certaine que ca sera encore un facteur déterminant dans ma future carrière. Je vais regarder des documentaires à la maison mais avec une vue différente et je suis devenue plus ouverte aussi, j’ai hate de savoir plus sur le monde qui m’entoure et sur la réalité cachée que je pouvais voir grâce au FIPA et aux réalisateurs qui ont pris beaucoup de risques en dénonçant des faits en „mettant le stylo dans la blessure” comme les membres du jury pro ont dit.

 

Inscriptions au DELF Junior session d’avril 2016

C’est parti pour les inscriptions au DELF Junior pour la session d’avril 2016 !

Les examens de langues sont indispensables dans la scolarité des lycéens. Ils ouvrent de nombreuses portes que ce soient celles de l’université ou celles du monde professionnel. Toutefois, le DELF junior comporte de nombreux atouts dont un diplôme de langue hongrois ne dispose pas.

  • Le DELF est reconnu dans 174 pays (et non le diplôme hongrois).
  • Depuis 2005, au niveau mondial, 1,3 million de jeunes ont obtenu le DELF junior et en 2015, 230 000 élèves l’ont passé.
  • Il est reconnu et accepté par toutes les universités. Il vaut d’ailleurs 28 points lors de l’inscription dans les établissements d’enseignement supérieur.
  • Il est reconnu dans le milieu professionnel et administratif en Hongrie et dans le reste de monde.
  • Les élèves ayant le DELF Junior B2 sont exemptés de passer les évaluations nationales organisées en 10ème dans les établissements bilingues.
  • Une cérémonie de remise des diplômes sera organisée pendant les journées portes ouvertes de l’Institut français de Budapest le 17 septembre 2016. Les candidats ayant obtenu le plus de points à l’examen feront remporter un trophée DELF Junior B2 à leur établissement.

Pour rappel, les élèves des sections bilingues francophones bénéficient d’un tarif préférentiel pour l’examen du DELF Junior. Pour toute information supplémentaire, contactez le responsable de votre section bilingue.

Vous avez jusqu’au 29 février pour vous inscrire soit au Centre de langue de l’Institut français de Budapest, soit dans une des quatre Alliances françaises du pays (Debrecen,  Miskolc, Pécs et Szeged).

Inscription au Concours de karaoké d’Aszód

affichekaraoke_2016

Le lycée Petőfi Sándor d’Aszód vous invite à participer à la septième édition de son« Concours de karaoké francophone »,le samedi 27 février à partir de 10h.

Élèves et étudiants de français, venez partager avec nous un moment festif autour de la chanson francophone !

Pour participer à ce concours, il vous suffit de sélectionner et préparer une chanson francophone en version karaoké de votre choix. Tous les styles musicaux sont les bienvenus, à condition que les paroles soient en français. Il y a trois catégories dans lesquelles vous pouvez vous inscrire :

  • solo
  • duo
  • groupe (de 3 à 8 chanteurs).

Le jour du karaoké, le jury évalue la prestation des candidats selon trois critères :

– la prononciation ;

– les qualités vocales ;

– la prestation scénique (mise en scène, costumes, chorégraphie sont les bienvenus !).

Tous les participants se verront récompensés par des lots de qualité. Après le temps dédié au concours, la journée se poursuit dans la bonne humeur avec un karaoké libre jusqu’au départ des participants.

Le lycée offre une possibilité d’hébergement à l’internat le vendredi soir pour ceux qui le souhaitent.

Pour participer, la fiche_inscription doit être retournée avant le 17 février 2016 à Christelle Barbera par e-mail : barberachris@gmail.com .

Nous attendons vos candidatures avec impatience !

L’équipe pédagogique du PSG.