Monthly Archives: janvier 2015

Compte rendu de ma meilleure expérience : récit d’une élève en échange scolaire à Nice

Notre école, le lycée SZTE Ságvári Endre Gyakorló Gimázium organise depuis 25 ans des échanges scolaires avec le Lycée D’Estienne D’Orves de Nice. Dans le cadre de ce programme d’échanges, les élèves hongrois ont récemment eu l’occasion de passer dix jours en France. Les élèves niçois ont également passé un séjour de 10 jours en Hongrie pendant les vacances de printemps. Le séjour en France et l’accueil en Hongrie étaient utiles et riches en programmes. L’échange a rendu possible de pratiquer la langue mais aussi de mieux découvrir la culture de l’autre. La particularité de l’échange de cette année était le projet conçu par les élèves szegedois et niçois en mémoire du centenaire de la Première guerre mondiale.

Les quelques photos ci-dessous et le compte rendu de Annamária GARDI, élève de la classe 12.f illustrent cet échange.

MM.Dezső Péter KISS et Zsolt RUZSÁLI, professeurs organisateurs de l’échange

Bien que le voyage à Nice ait eu lieu il y a plusieurs mois déjà, je m’en souviens comme si nous venions de rentrer crevés.

Au moment où la classe a appris qu’en octobre, nous aurions la possibilité de participer à un voyage organisé par le Lycée Estienne d’Orves de Nice, nous avons été impressionnés. Les quelques semaines avant le départ, le conte à rebours a commencé. L’octobre arrivé, je me posais systématiquement la question de savoir comment il fallait dire en français ce que j’allais dire en hongrois. Bien évidemment, je n’étais pas la seule à faire ça. Au fur et à mesure que nos correspondants français nous ont contactés, on ne cessait de se demander : « ça se dit comment en français ? ».

Le vendredi 4 octobre, nous sommes enfin partis : presque tous les membres de notre petite classe de français, quelques élèves en terminale, le professeur de la classe et un professeur accompagnateur qui n’ont même plus tenté de nous calmer. Nous avions l’impression que le voyage de presque 20 heures n’avait duré que 20 minutes. Après avoir traversé la frontière française, nous nous sommes arrêtés à la première ville près de la mer, Menton. La température et la vue nous ont éblouis. On n’en revenait pas. Plusieurs d’entre nous auraient voulu courir près de la mer comme dans des films.

Nous avons continué notre chemin vers Nice et nous étions excités à tel point que la tension est devenue palpable. En général, la nôtre n’est pas une classe silencieuse mais là, un silence absolu régnait auprès de nous. Nous avons tous réfléchi sur ce que nous allions dire à nos correspondants et familles d’accueil respectifs. Quand l’autocar s’est arrêté devant le lycée, mon coeur battait la chamade. Certains de mes camarades ont plaisanté pour dire qu’ils préféraient dormir pendant toute la semaine dans l’autocar. Moi, qui avais hâte de vivre ce moment, j’ai quand même apprécié cette idée.

J’ai tout de suite reconnu mon correspondant. Il m’a présentée à sa famille, on m’a proposé de manger et boire et nous sommes rentrés chez eux. La ville était fascinante. Des gens partout, des maisons gigantesques, des palmiers près de la mer. « A la maison », je n’ai pas pu me reposer un instant : nous sommes tout de suite repartis vers la ville. Je ne l’ai pas du tout regretté, je suis allée partout avec ma famille d’accueil.

Elèves hongrois et français, nous avons passé le week-end ensemble. Nous avons visité la ville ancienne et avons fait du patinage. Lundi, tandis que les Français étaient à l’école, nous avons visité la ville de Nice. Nous avons visité le musée archéologique et pendant la pause déjeuner, nous avons enfin eu la possibilité de nous baigner dans la mer. L’eau était magnifique ! L’après-midi, nous avons visité l’Opéra.

Mardi, nous sommes allés en bateau à l’île Saint-Honorat. Nous nous sommes promenés pour ensuite nous baigner de nouveau. L’après-midi, nous avons fait un tour dans la ville bien connue de Cannes.

Le lendemain, nous avons participé aux cours de nos correspondants français. L’après-midi, nous sommes partis pour visiter ensemble le magnifique jardin botanique, le Parc Phoenix.

J’avais hâte que ce soit déjà jeudi. Ce jour-là, notre destination était Monaco. D’abord, nous avons visité un musée océanographique gigantesque pour ensuite voir la relève de la garde à midi devant le Palais ducal. Malheureusement, nous n’avons pas vu le duc. Après, nous nous sommes promenés dans un jardin exotique d’où nous avons eu une vue magnifique sur les maisons gigantesques de Monaco. Ce jour-là, il nous restait du temps pour découvrir les grottes aussi.

Vendredi, le dernier jour des excursions, nous avons visité le Musée Picasso d’Antibes. Après le déjeuner, nous avons pu découvrir les fragrances de la Parfumerie Galimard.

Samedi, nous avons fait un dernier tour dans la ville avec les correspondants pour s’acheter des souvenirs.

Dimanche était la journée triste des aurevoirs. Moi aussi, j’étais émue en voyant les yeux des autres se remplir de larmes. C’est incroyable mais dans l’espace de 10 jours, on peut vraiment se sentir très bien avec des personnes qu’on n’a pas connues avant. Bien sûr, j’avais le mal du pays mais il était tout de même difficile de direau revoir. Une trentaine de minutes après que l’autocar est parti, nos correspondants respectifs nous ont envoyé des textos pour dire qu’on leur manquait déjà et qu’ils attendaient avec impatience le mois d’avril pour venir nous visiter.

Cet échange était riche en expériences. Je pense qu’il a forgé la classe aussi. En rentrant, nous avons bavardé pendant des heures et des heures tous ensemble. C’était le meilleur voyage scolaire que j’ai jamais vu !

Annamária GARDI 11/F

 

nice7-300x224

nice8-300x224

Nice3_1-300x225

Nice4_1-300x225

 

Nice5_1-225x300

 

Nice6_1-300x225

Concours de slam 2015

VENDREDI 6 MARS DE 9H À 17H

LYCÉE MIKSZÁTH KÁLMÁN DE PÁSZTÓ

affiche slam_logos

 

Pour la troisième édition, le thème du concours de cette année portera sur le droit de tous les Hommes d’avoir un environnement de qualité pour vivre décemment (accès à l’eau, à l’hygiène, l’agriculture durable…).

Le matin, un slameur professionnel français, Pilote le Hot (http://www.slameur.com/), viendra animer un atelier d’écriture autour de ce thème.

L’après-midi, les participants monteront sur scène pour slamer leur texte devant un jury.

Un voyage en pays francophone sera offert au lauréat !

Fiche d’inscription à télécharger et à retourner avant le 2 février 2015 à raillon.noellie@gmail.com

Pour plus d’informations, raillon.noellie@gmail.com ou atinsi@mixat.hu

Karaoké d’Aszod

visuelweb_karaoke_aszod_2015Bonjour à tous !

Pour la sixième édition de son concours de karaoké, le lycée PetőfiSándor d’Aszód invite tous les élèves de français – écoliers, lycéens et étudiants – à partager un moment festif autour de la chanson francophone ! L’événement a lieu le samedi 28 février dans la matinée.

Le principe du concours est simple. Les participants sélectionnent et préparent une chanson en français de leur choix.  Suivant leur nombre à chanter,  ils s’inscrivent dans la catégorie correspondante : solo, duo ou groupe à partir de trois chanteurs.

Le jour du karaoké, le jury évalue la prestation des chanteurs selon trois critères :

– la prononciation,

– les qualités vocales

– la prestation scénique (mise en scène, costumes, chorégraphie sont les bienvenus !).

Les trois premiers participants de chaque catégorie se verront récompensés par des lots. Après le temps dédié au concours, la journée se poursuit dans la bonne humeur avec un karaoké libre jusqu’au départ des participants.

Le lycée offre une possibilité d’hébergement à l’internat le vendredi soir pour ceux qui le souhaitent.

Nous attendons vos candidatures !

L’équipe pédagogique du PSG.

 

Fiche d’inscription à télécharger et à retourner avant le 17 février 2015 à Christelle Barbera par e-mail barberachris@gmail.com .

Affiche de la sixième édition du concours de karaoké à télécharger.

Nous attendons vos candidatures !

L’équipe pédagogique du PSG.